Le vrai avantage des enfants

le 17/10/2018

Plus on est jeune, plus c’est facile d’apprendre une langue ! Comme n’importe quel domaine, d’ailleurs ! C’est bien connu !

Les enfants sont donc avantagés.

Et les adultes, à l’inverse, sont pénalisés.

On dit même qu’il y a un certain âge critique.

Certains diront 25 ans. D’autres diront 26.

Les capacités du cerveau régresseraient avec l’âge.

Combien de fois j’ai entendu cette superstition moyenâgeuse ?

C’est aussi gros que de se taper 7 ans de malheur après avoir brisé une vitre !

Bon, peut-être qu’on n’a pas le même cerveau à 12 ans et à 63 ans. Mais quand même…

Une absence de limites

Un enfant, de sa naissance à l’âge de 3 ans, n’a aucune limite.

Un enfant en bas âge ne se demande pas si c’est possible ou non d’apprendre sa langue maternelle. Ni si c’est facile ou difficile.

Il va le faire, sans se poser de questions.

Il va même prendre ça comme un jeu. D’où l’expression “C’est un jeu d’enfant.”.

Au fil du temps, des limites mentales vont finir par s’installer avec l’entourage familial, l’école, la société et les mauvaises croyances.

Le vrai problème des adultes

Les adultes sont des enfants ayant grandi avec des croyances limitantes et des mauvaises expériences.

Si vous avez connu des mauvais profs d’espagnol, en plus d’avoir collecté des mauvaises notes du collège au lycée, il va être difficile de se considérer comme “bon en espagnol”.

Un carcan de “nul en espagnol” risque de s’installer. Et c’est là le vrai problème !

Il ne s’agit donc pas d’âge du cerveau. Ni d’un quelconque âge “critique” !

Des polyglottes de plus de 70 ans continuent à apprendre des langues. Comme si c’était un jeu d’enfant.

Comment vous expliquez ça ? Et bien c’est très simple, Jamy !

Plus on maîtrise de langues, plus il sera facile d’en apprendre de nouvelles.

Un enfant, de sa naissance à 7 ans, aura autant de facilités à apprendre de nouvelles langues dans ce sens.

Notre cerveau s’adapte naturellement selon son activité et ses aptitudes linguistiques.

J’ai 28 ans à l’heure où j’écris ces lignes. Et pourtant, ça ne m’empêche pas d’apprendre le japonais et l’allemand avec une facilité incroyable.

J’en étais totalement incapable à l’adolescence.

L’avantage des adultes

Un enfant n’a aucune base linguistique.

Il doit donc apprendre sa langue maternelle de zéro. Et ce n’est pas aussi évident qu’on aurait tendance à le croire !

Un enfant surdoué commencera peut-être à parler au bout d’un an. Et encore…

Un enfant met des années pour apprendre à parler sa langue dans les règles de l’art.

Eh oui ! Apprendre une langue, c’est comme apprendre un art martial.

C’est comme apprendre à jouer un instrument de musique.

Ça ne se fait pas en tuant un moustique avec ses deux mains.

Même apprendre à marcher a l’air simple à côté !

Un adulte est donc déjà avantagé, ne serait-ce que par la seule maîtrise de sa langue maternelle. Même quand il s’agit d’une langue éloignée !

La meilleure approche

Il s’agit d’oublier ses carcans, ou de les remplacer par des suggestions positives.

Si vous avez des limites mentales comme :

  • “Je suis nul en anglais.”
  • “J’ai des difficultés en espagnol.”
  • “Le japonais est une langue impossible à apprendre.”

Remplacez-les par :

  • “Je suis bon en anglais.”
  • “J’ai des facilités en espagnol.”
  • “Le japonais est une langue facile à apprendre.”

Et vous pouvez les répéter autant de fois que vous voulez.

Vous pouvez même le faire avant de commencer votre séance quotidienne.

Et surtout, considérez l’apprentissage de n’importe quelle langue comme un jeu d’enfant !

L’âge ne sera plus une excuse !


Retrouvez aussi :

En attendant la suite...